www.snuipp.fr

SNUipp-FSU des Vosges

Vous êtes actuellement : Instances représentatives  / Carte scolaire 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
22 février 2013

CARTE SCOLAIRE : quelques éléments des débats

Après un vote unanime des organisations syndicales contre le projet de carte scolaire le 1er février, la DASEN a dû réunir un second CTSD le 11 février lors duquel elle a à nouveau confirmé les fermetures. Les 2 emplois destinés au "plus de maîtres que de classes" dans les Vosges, s’ils sont les bienvenus, ne seront pas de nature a changer le quotidien de tous les élèves en difficulté du département.

26 fermetures, 10 ouvertures, 16 postes à rendre. La seule marge de la DA-SEN réside désormais dans les ½postes d’aide pédagogique (5 ou 6 postes complets) et dans les décharges de direction récupérées suite à fermetures de classes (1,25 poste). Malgré les nombreuses interventions du SNUipp, de trop nombreuses classes restent encore au dessus de 25 élèves et les remplacements, la formation continue et les RASED sont toujours les grands oubliés de la rentrée prochaine.

Quelques éléments des débats en CTSD :

- BAISSE DEMOGRAPHIQUE DANS LES VOSGES :

La DASEN précise que les écoles des Vosges représentent 17% des élèves lorrains, mais représentent 60% de la perte démographique académique. Le taux d’encadrement est maintenu dans les classes. Pour le SNUipp-FSU, ce sont les suppressions successives passées, dans les RASED et les remplacements, qui ont permis ce maintien du taux d’encadrement dans les classes. Tout est à reconstruire. Le SNUipp-FSU a fait état d’une liste d’écoles dont les prévisions rentrée 2013 sont au dessus de 25 élèves par classe dont certaines autour de 30. Le caractère rural du département doit être mieux pris en compte et une réflexion doit effectivement être développée sur l’avenir du réseau scolaire… En attendant, les conditions d’enseignement doivent être de qualité partout. En réponse, la DASEN prévoit d’y implanter des 1/2 postes d’aide pédagogique.

- 2 POSTES « PLUS DE MAITRES QUE DE CLASSES » :

La DASEN souhaite profiler ces postes et s’oriente vers un profil « maître E » ou désireux de passer le CAPASH. Elle retient les secteurs de ST-DIE, RAMBERVILLERS, GRANGES. Les équipes devront établir un projet pédagogique spécifique intégré au projet d’école. Les écoles seront volontaires dans les secteurs retenus. La mission pourrait être de 3 ans. Le SNUipp-FSU estime que ces deux postes sont bienvenus, mais ne seront pas de nature à modifier sensiblement les conditions d’enseignement dans le département, tant leur insuffisance se fera sentir. Il rappelle qu’il souhaite que ces postes soient accessibles à tous et ne relèvent pas de l’enseignement spécialisé. Le principe du « plus de maîtres que de classes » que le SNUipp défend depuis 1993 est appelé à être généralisé dans les écoles dans le cadre ordinaire. Ils ne sont pas là pour remplacer les RASED. Il n’y a donc pas lieu de profiler les postes. Si la mission est au départ de 3 ans, il faut que l’enseignant concerné puisse conserver son poste d’origine.

- ENSEIGNANTS REFERENTS :

La DASEN annonce la création de deux postes d’enseignants référents et du retour du poste d’ER coordonnateur sur le terrain en gestion d’un secteur pour alléger les autres ER qui sont actuellement à 168 dossiers chacun en moyenne. Ces dispositions permettraient de passer à 133 dossiers par ER. La DASEN annonce aussi le retour des ER aux réunions d’Équipe Éducative de constitution des dossiers de demande. En effet, les demandes ne sont plus suivies par les spécialistes de terrain que sont les ER et le nombre d’élèves en situation de handicap scolarisés et d’aide humaine connaît dans les Vosges une augmentation supérieure à la moyenne nationale. Pour le SNUipp-FSU, la création de postes d’ER est nécessaire. Il salue aussi le retour des ER vers les EE de constitution des dossiers, mais le retour de cette mission risque fort de compenser l’allégement gagné en termes de quantité de dossiers. Le SNUipp-FSU rappelle qu’il s’était opposé il y a deux ans, au retrait des ER de ces EE lorsque Mme Cagnat en avait pris autoritairement la décision ! D’autre part, le SNUipp-FSU exprime son profond désaccord avec la suppression de la mission de coordination de l’ER basé à la DSDEN. En lui redonnant un secteur, on supprimerait le lien privilégié avec la MDPH, l’aide aux nouveaux ER, la source d’infos, l’anticipation des établissements de scolarisation en CLIS ou ULIS et une remplaçante ponctuelle d’urgence. Le coordonnateur permet une vraie harmonisation dans les interrogations et projets à construire et un accompagnement efficace des nouveaux ER en palliant une formation inexistante et cependant ô combien nécessaire, tant le poste est spécifique. C’est en effet le coordonnateur qui, principalement, guide les pas et répond aux questions de l’ER débutant. Il assure un relais très important entre les ER / la DSDEN / l’ASH / Il est personne ressource sollicitée fréquemment pour un conseil, un avis, un renseignement sur une orientation (Il connaît parfaitement l’ASH des Vosges et les procédures) … Les ER n’ont manifestement pas à gagner au retour du coordonnateur sur le terrain, si ce n’est un affichage chiffré du nombre moyen de dossiers. Encore des chiffres ! Mais ce n’est pas ça la vraie vie.

- RASED :

Cette année est une année blanche en terme de fermetures dans les RASED. Le SNUipp-FSU s’en réjouit, mais rappelle que 50% des postes ont été supprimés et a demandé à plusieurs reprises la reconstruction des RASED, tant au niveau des options E et G que pour les psychologues scolaires. Il estime que les réorganisations proposées par transfert de résidence administrative relèvent actuellement du bricolage. Il y a urgence à créer de véritables réseaux tant les secteurs sont désormais étendus et les enveloppes de frais de déplacement étriquées. Notamment, les psychologues scolaires ne sont plus en mesure de répondre aux sollicitations des collègues et sont limités à des missions statistiques. Ils ne peuvent plus pratiquer le cœur de leur métier tant en termes de diagnostic que d’intervention sur la durée auprès des élèves. Aucun financement de formation à tous niveaux n’est prévu. C’est tout un pan de l’aide aux élèves en difficulté qui reste sinistré.

 

16 visiteurs en ce moment

*Top

6 maison des associations
Quartier de la Magdeleine
88000 Epinal

- snu88@snuipp.fr
- Tél : 03 29 35 40 98
- portable : 07 78 87 81 25


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU des Vosges , tous droits réservés.