www.snuipp.fr

SNUipp-FSU des Vosges

Vous êtes actuellement : Métier  / système éducatif 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
16 décembre 2014

rythmes scolaires : Réunion du comité de suivi du 12 décembre 2014

Le SNUipp fait état de la rencontre de près de 600 enseignants et demande la réécriture du décret.

Présents : IA, SG, IEN adjoint IA, IEN Epinal, DDCSPP, CAF, USEP, Ligue de l’Enseignement, UDAFF, Francas, représentant des maires, représentant des maires ruraux, 2 directeurs d’école, SGEN, SE, SNUipp-FSU

IA

Le but est de faire un point d’étape. Mise en place parfois complexe, mais toutes les écoles y sont parvenues. Quelques aménagements ont été réalisés à la rentrée pour les transports. Les remontées font état de remarques essentiellement en maternelle. Rappelle que l’objectif essentiel est d’améliorer la réussite des élèves.
- Les choix ont été globalement portés sur la régularité
- 92% des écoles comptent 15h ou plus en matinée, 2% à 17h30 et 14% à 14h
-  Les PEDT sont au nombre de 66 (35% non dérogatoires, 65% dérogatoires), concernent 73 communes (27%) et 145 écoles (36%)
-  27 projets expérimentaux concernent 33 communes et 81 écoles, 11 écoles à 23h compensent sur les vacances

IEN adjoint IA

Point d’étape qualitatif : ne peut être pris comme définitif
-  Mise en place et constat plutôt positifs dans une grande majorité des remontées
-  Le mercredi matin est investi comme un temps d’apprentissage à part entière
-  Le temps des matières non instrumentales était parfois réduit en mordant sur les après-midi. C’est révolu car les enseignants parviennent désormais à terminer en matinée.
-  En maternelle, le temps de l’AM est interrogé. Les TPS et PS viennent dormir puis vont en TAP… Le SNUipp fait remarquer que la situation était la même avant. Les nouveaux rythmes scolaires ne changent pas celui des enfants. Ces derniers dormaient déjà sur le temps scolaire. Ce temps profite aux MS et GS auprès desquels peuvent intervenir les enseignants concernés.
-  La répartition des matières est en gros Français math le matin et les autres l’AM. Il faut veiller à ne pas minimiser les autres matières en raison de la réduction des AM. Il faut donc aussi mêler celles-ci aux matinées. Le SGEN fait remarquer que la suppression quasi systématique de la récréation d’AM fait gagner du temps sur celles-ci.
-  Les APC sont majoritairement destinées à de la remédiation. Lorsqu’elles sont en lien avec le PEDT, une articulation fine est mise en place avec les différents acteurs.

Intervention du SNUipp-FSU

-  Quel bilan de notre institution ? Quels moyens mis en œuvre pour écouter les enseignants ? (à noter qu’on demande beaucoup aux enseignants en terme d’évaluation.)
-  Près de 600 collègues rencontrés par le SNUipp-FSU en novembre
-  majoritairement les enseignants confirment l’efficacité de 5 matinées scolaires
-  un nombre conséquent, mais non majoritaire, d’enseignants préféreraient le samedi matin
-  des enseignants dont le choix a porté sur des matinées de 3h30 et des AM courts sont satisfaits de la qualité de concentration et affirment parfois que la matinée pourrait encore être allongée.
-  les collègues de maternelle sont plus critiques qu’en élémentaire : notamment sur la gestion des après-midi et du temps de repos
-  les enseignants d’élémentaire signalent souvent une fatigue des élèves naissante dès le jeudi AM
-  des directeurs et directrices soulignent un surcroît de travail dû à la matinée du mercredi qui ne peut plus être consacrée à la direction
-  certains directeurs ont perdu une partie de leur temps de décharge (1/4 différent d’une journée)
-  les enseignants nous disent quasiment tous être plus fatigués. On notera que l’amplitude de travail quotidienne peut être portée à 11h lorsque l’enseignant enchaîne classe, APC et animation pédagogique de 17h à 19h… et la classe n’est pas préparée.
-  les NAP sont mises en place de façons très diverses et sont également de qualités très diverses
-  on constate des NAP de qualité, souvent lorsque le projet a été discuté avec l’ensemble des partenaires et que la commune est volontaire
-  On constate de nombreux cas de dysfonctionnement, notamment lorsque l’encadrement repose sur des personnels non formés et des bénévoles
-  lorsque les NAP ont lieu en pause méridienne, les enseignants soulignent une difficulté relative à un état d’excitation
-  Les enseignants dénoncent une inégalité lorsque les NAP sont payantes
-  Les enseignants sont parfois priés de laisser leur classe pour les NAP.
-  La multiplicité des intervenants déstabilise les élèves et la place de l’enseignant est parfois confuse

Pour le SNUipp-FSU, cette modification des rythmes scolaires ne peut être regardée sur le seul angle réducteur de l’élève ou de l’enfant. Les conditions de travail dégradées, la fatigue des enseignants, l’abandon d’une formation continue de qualité, sont des éléments qui risquent de porter préjudice aux éventuels progrès de la réorganisation des écoles.

-  de nombreux enseignants demandent une réflexion sur le calendrier scolaire annuel, sur les vacances d’été et sur les vacances d’hiver
-  ils souhaitent un cadrage national plus précis
-  ils demandent à disposer librement de leur classe ou d’une salle au calme pendant les NAP
-  ils souhaitent l’abandon des APC et la généralisation du "+ de maîtres que de classes"
-  ils demandent que leurs obligations de service soient sensiblement revues à la baisse
-  ils demandent la reconstruction d’une véritable formation continue que Magister ne peut en rien remplacer
-  ils demandent une revalorisation salariale conséquente

Dans ce cadre, le SNUipp-FSU demande la réécriture du décret sur les rythmes scolaires.

IA

-  Pour répondre au questionnement sur la méthode des remontées, l’IA évoque les IEN lors des inspections, soit environ 240 collègues… Pour le SNUipp, il semble que tout ce qui a pu être constaté avant les vacances d’automne relève de la précipitation.

IA

-  Concernant la fatigue des enfants, il faut voir à plus long terme. Le changement de rythme concerne aussi la vie personnelle. Il y a des calages à réaliser, y compris chez les adultes.
-  Concernant le calendrier annuel, une réflexion est portée au niveau national. Ce pourrait-être une prochaine étape.

Représentant des Maires ruraux

-  Relève la bonne volonté de chacun
-  Les communes ont eu des difficultés à trouver la qualité pour les TAP. Ca devrait s’arranger à termes.

Représentant des Maires

-  Souligne l’engagement de tous les partenaires
-  S’interroge sur la fatigue des enfants dès le jeudi
-  Soutient le caractère payant des TAP "ce qui est gratuit n’est jamais bon"
-  Soulève l’inégalité Public/privé face à l’obligation de mise en place des nouveaux rythmes
-  Problème des bénévoles pas toujours compétents, mais seule ressource locale
-  Problème de l’absentéisme du mercredi matin

IA

-  Le problème de la fatigue est à voir à plus long terme
-  L’absentéisme est de 2,3% le mercredi matin
-  La notion d’égalité républicaine s’applique d’abord aux 24h d’enseignement. Pour le reste, les propositions d’activités ont été augmentées.
-  Toutes les communes touchent le font d’amorçage, quel que soit le dispositif mis en place ou non. Dans les Vosges, toutes ont mis au moins une garderie en place.

Conseil Général

-  Le CG est généreux : il prend en compte les maternelle dans les transports ainsi que les lycéens et les étudiants
-  Il salue la coopération avec la DSDEN
-  90% des transports se déroulent après les NAP
-  Le surcoût des rythmes scolaires est de 500 000€ pour les transports ordinaires et de 183 000€ pour les transports d’élèves handicapés
-  Si on passait au samedi matin le surcoût serait plus élevé
-  Si on allonge l’année scolaire de 17 jours, +1 800 000€ (coût global du transport = 18 000 000€)

DDCSPP (Jeunesse et sport)

-  Salue le travail réalisé
-  Besoin de mutualiser le matériel, les locaux, les personnels car éclatement territorial
-  Trop souvent un écart entre les objectifs des PEDT et la réalité
-  Salue le développement des activités sportives, mais encore une marge importante de progrès qualitatif
-  Confirme l’hétérogénéité de la qualité des encadrements

Ligue de l’Enseignement

-  Salue les modifications portées par le décret du 3 novembre sur les taux d’encadrement pouvant passer au-delà de 300 en périscolaire
-  Attire l’attention sur la nécessaire qualité à mettre en place

CAF

-  Les coûts dus aux nouveaux rythmes sont identifiés
-  Les PEDT sont structurants. La CAF réapprend à travailler avec la DSDEN et la DDCSPP
-  Sur 274 communes, 169 étaient déjà accompagnées financièrement par la CAF. 215 ont mis en place des NAP. La CAF intervient à 3 niveaux : + Pour 852 000€ au niveau de l’aide aux associations + Pour 1 910 000€ au niveau des collectivités au titre du contrat enfant jeunesse + Pour 936 000€ pour les NAP dans le cadre de l’aide spécifique (concerne 47% des enfants)
-  La CAF pose le problème de l’impact des nouveaux rythmes sur la fréquentation des associations, des centres aérés et des centres sociaux.(A suivre)

 

5 visiteurs en ce moment

*Top

6 maison des associations
Quartier de la Magdeleine
88000 Epinal

- snu88@snuipp.fr
- Tél : 03 29 35 40 98
- portable : 07 78 87 81 25


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU des Vosges , tous droits réservés.