www.snuipp.fr

SNUipp-FSU des Vosges

Vous êtes actuellement : Actualités  / ARCHIVES  / 2018-2019 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
25 juin 2019

Canicule : dans les classes, on fait comment ?

« Garder les enfants dans une ambiance fraîche », recommande le ministère. Comment faire quand il n’y a pas de rideaux, ni de cour ombragée ou d’isolation ? Faut-il faire valoir son droit de retrait pour protéger ses élèves ? Le SNUipp-FSU, dans un courrier au ministre, demande des réponses concrètes. En l’attente d’un groupe de travail sur le bâti scolaire, il faut très vite des mesures qui accompagnent mieux les équipes dans ces situations climatiques qui pourraient devenir récurrentes.

Vous trouverez en pièce jointe :
- le courrier d’alerte envoyé lundi 24 juin par la FSU aux personnes représentant la direction des ressources humaines et le ministère au CHSCT, Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail
- un modèle de courrier que les directeurs et directrices peuvent également adresser à leur hiérarchie.

Les recommandations du ministère ici.

L’article du SNUipp-FSU national ici

Seuils

Existe-t-il un seuil thermique au-dessus ou en-dessous duquel fermer la classe pour préserver la santé des élèves et des personnels ? Non comme l’explique l’Observatoire national de la sécurité et de l’accessibilité des établissements d’enseignement mais l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) estime que dépasser « 30°C pour une activité sédentaire et 28°C pour un travail nécessitant une activité physique, la chaleur peut constituer un risque » pour la santé. Le SNUipp-FSU conseille donc d’effectuer des relevés de température dans chacune des salles de l’école, de les afficher à l’entrée et, au-delà de 33°C, d’utiliser le registre de danger grave et imminent pour donner l’alerte auprès de l’IEN. Il est possible de demander à la collectivité une fermeture de l’école, en lien avec le Préfet, représentant l’état.

Fermer les écoles

Face aux demandes, le ministre n’a pas exclu que des écoles puissent fermer au moment du pic de chaleur, « au cas par cas ». Mais contrairement à ce qu’il a dit, ce ne sont pas les directeurs et directrices qui ont ce pouvoir mais la mairie, propriétaire des murs, en lien avec le Préfet. Certains maires ont déjà annoncé que ce serait le cas comme dans le Val-de-Marne, à Plessis-Trevisse. Cependant, que se passe-t-il ensuite ? Quelle prise en charge des élèves ? Le ministère n’a pas de réponse. Pour de nombreuses familles, l’habitat en logement collectif ne permet pas de protéger mieux les enfants de la chaleur.

Droit de retrait

Le droit de retrait concerne la situation dans laquelle le personnel a de bonnes raisons de penser que sa situation de travail présente un danger grave et imminent pour sa sécurité ou sa santé. C’est une démarche individuelle. La personne alerte alors sa hiérarchie, soit en complétant le registre de danger grave et imminent (DGI), soit en le faisant compléter par un membre du Comité d’hygiène, de sécurité et de conditions de travail (CHSCT) qui alerte le DASEN. La hiérarchie doit répondre au plus vite mais en l’absence de réponse, la personne peut faire valoir son droit de retrait en le notifiant à l’IEN, en le datant et en informant les familles de son absence et du besoin de mettre les élèves à l’abri du danger. Dans le cas où toute l’équipe fait valoir ce droit de retrait, les enfants se présentant à l’école sont sous la responsabilité de la collectivité.

Courriers

Il est également conseillé d’informer les familles des conditions de scolarisation actuelles afin qu’elles puissent intervenir auprès des autorités (IEN, mairie). Voici un modèle de courrier que les directeurs et directrices peuvent également adresser à leur hiérarchie.

 

4 visiteurs en ce moment

*Top

6 maison des associations
Quartier de la Magdeleine
88000 Epinal

- snu88@snuipp.fr
- Tél : 03 29 35 40 98
- portable : 07 78 87 81 25


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU des Vosges , tous droits réservés.